Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog de Bibliovora
  • Blog de Bibliovora
  • : Passionnés de lectures ou découvreurs de livres, bienvenue à vous !!! Bonne visite et bonne lecture !
  • Contact

Navigation

Recherche

25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 22:12

Livre cité par et résumé par Corinne

Notre région s'est reconnue dans le <U>Germinal</U> d'Emile Zola, parce que chaque famille a un prôche qui a travaillé à la mine, que les corons et les terrils font partie de notre paysage.

Notre région est aussi marquée par la première Guerre Mondiale, celle qu'on dit Grande ; il n'est qu'à voir les milliers de croix blanches dans les campagnes ou ces balles et obus qui remontent encore du sol après chaque labour.

Le Mémorial canadien de Vimy qui domine la plaine est gravé des milliers de noms d'étrangers venus mourir là.

Joseph Boyden donne un corps et une "âme" à ceux venus de l'autre coté de l'Atlantique. Lui-même descendant d'indien du Canada, il crée les personnages des deux cousins de la tribu Cree : Xavier et Elyah.

"Pendant la guerre 14-18, la vie est terrible dans l'attente de l'assaut ou de la bombe qui tombe à vos pieds, les poux, la trouille, le froid. Xavier et Elyah étaient des chasseurs, j'ai fait d'eux des tireurs d'élite utilisés pour les opérations de reconnaissance, de nettoyage. Ils chaussent leurs mocassins et se déplacent en silence, tirent à la perfection, parlent une langue que l'ennemi ne peut comprendre - les Allemands craignaient Les Canadiens à cause de leurs Indiens."

Xavier et Elyah se couvrent de gloire, mais Elyah est pris de furie, tue toujours plus, ramène des scalps (pratique inventée par les Blancs), comptabilise ses morts, ne dort plus, se drogue, vole de la morphine. La folie le guette.

"Chacun se bat sur deux fronts : l'un contre l'ennemi, l'autre contre ce que nous faisons à l'ennemi".

En 1919 Xavier rentre seul. La vieille tante Cree qui l'a élevé l'attend sur le quai. Amputé d'une jambe et bourré de morphine, il est l'ombre de lui-même. Niska l'emmène en canot au pays dans le Nord de l'Ontario. Pour lui redonner le goût de vivre, elle lui raconte des histoires de son existence d'autrefois tandis que ses terribles souvenirs de guerre lui inspirent toujours des cauchemars.

Ainsi s'alternent son monologue hanté par la violence et la mort (bataille de Vimy) avec l'évocation lyrique par Niska de la paix de la forêt et des traditions ancestrales.

Avec ses descriptions hallucinantes, parmi d'autres celles de ces nuits à guetter des proies, "Le chemin des âmes" est un livre terrifiant, bouleversant et remarquable.On reste abasourdi.

" Je hais la guerre mais pas ceux qui l'ont faite." Roland Dorgelès

Mots-clés : biographie d'un personnage imaginaire, réalisation d'un projet professionnel, activité criminelle, roman1èreguerremondiale, citéroman, résuméroman

Partager cet article

Repost 0
Published by Corinne - dans Romans
commenter cet article

commentaires